Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

Porte ouverte est la source de ces informations

Prions pour nos frères et soeurs persécutés                         

Nouvelles du 27/05/2020

 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu pour la réaction positive des églises et des chrétiens dans cette crise
  • Prions pour que les chrétiens de toue la Chine continuent à tendre la main à leur prochain
  • Prions pour que les autorités chinoises considèrent l’Église comme une force d’amour et de solidarité
Chine: une nouvelle vitalité pour l'Église
 
 
Grâce aux réunions virtuelles, la vie d'église a gagné en vitalité en Chine. Le gouvernement tente d'interdire ces réunions. Pour l'instant en vain.
 
 
Célébration de Pâques en ligne dans une église chinoise
 
 
Plusieurs mois après le début de la pandémie de Coronavirus, l'Église chinoise se révèle étonnament fortifiée. Le confinement a révélé la volonté de croissance spirituelle des chrétiens. Des églises locales se sont regroupées pour mettre en place sur internet des plateformes de prière, de prédications ou de cours bibliques. Résultat: les chrétiens ont ressenti le besoin de prier avec plus de ferveur pour les communautés locales, les villes et le gouvernement.
 
Les autorités tentent toujours de restreindre les activités d'église
 
À partir du 31 janvier dernier, le parti communiste devait décider de l'organisation des églises en ayant son mot à dire sur le choix des pasteurs. La crise engendrée par le coronavirus semble avoir mis un frein temporaire à la politique de restriction religieuse entamée par le gouvernement chinois il y a plus de 2 ans.
 
De nouvelles opportunités se sont crées pour les églises qui retrouvent une marge de liberté. Pendant la pandémie, les réunions hebdomadaires en ligne sont devenues quotidiennes. Ce qui agace les autorités. Un pasteur de Wuhan déclare:
 
«Les autorités nous ont dit de ne plus tenir de réunions en ligne. Mais comme elles n’ont pas les moyens de faire respecter l’interdiction, les réunions continuent!»
 
Plus proches les uns des autres
 
Malgré le confinement, les chrétiens chinois disent aussi se sentir désormais plus proches les uns des autres. Pendant la crise sanitaire, ils ont mieux pris conscience des besoins de leurs frères et sœurs. Naturellement, cela les pousse à tendre la main pour fournir de la nourriture, des masques faciaux, des vêtements de protection et, surtout, de l'amitié et du réconfort à ceux qui ont été directement touchés par la maladie, ainsi qu'à leurs voisins pauvres et isolés qui n'ont aucun autre réseau de soutien.
 
Aussi dramatique que soit cette pandémie, la vie de l'église a gagné en vitalité car les chrétiens se rassemblent régulièrement en ligne pour prendre soin les uns des autres et servir leurs communautés. Ils en tirent déjà cette conclusion:
 
«Nous ne devrions pas attendre qu’une pandémie éclate pour témoigner de l’amour de Jésus!»
 
Dans les régions où les restrictions se sont assouplies, les chrétiens ont commencé à se réunir en petits groupes de quelques personnes pour profiter à nouveau de la compagnie des autres, prier, chanter et s'entraider. Jusqu'à présent, aucune église n'a rouvert ses portes.
 
 

Nouvelles du 20/05/2020

 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu pour la bienveillance de nos équipes en Afrique Subsaharienne
  • Prions pour que la menace de la famine s’éloigne de nos frères et sœurs persécutés
  • Prions pour que leur foi reste ferme au milieu de toutes leurs difficultés
Afrique Subsaharienne: ils prient pour nous, prions pour eux!
 
 
Nos frères et soeurs d'Afrique Subsaharienne doivent relever de nombreux défis, surtout lorsqu'en plus, ils sont persécutés.
 
 
 
 
 
«Alors que vous priez fidèlement et avec ferveur pour les chrétiens d’Afrique, nous vous encourageons également à ne pas perdre espoir ni courage et à tenir votre engagement envers le Seigneur», dit Pierre, qui supervise les actions de Portes Ouvertes en Afrique Subsaharienne. Il poursuit:
 
«Sans aucun doute, Dieu permet que ces moments difficiles nous attirent davantage dans une relation personnelle avec Lui. Nous prions aussi pour vous, car ce n’est facile pour personne en ce moment.»
 
Cette invitation à compter sur Dieu dans l'épreuve est un rafraîchissement qui nous rappelle que les difficultés n'ont pas eu raison du moral de nos équipiers. Non seulement ils persévèrent dans la prière, mais en plus ils prient pour nous.
 
Le défi de la persévérance
 
Pour l'instant, il semble que peu de personnes aient été malades du Covid-19 en Afrique Subsaharienne. Les habitants souffrent cependant des conséquences économiques du confinement imposé dans plusieurs pays, en particulier ceux qui vivent d'un travail journalier et qui ont perdu tout salaire du jour au lendemain.
La discrimination et la marginalisation des chrétiens continue. Cette pandémie s'accompagne d'un accès limité aux ressources qui, ajouté à la marginalisation, expose nos frères et sœurs persécutés à des difficultés encore plus grandes. La persécution se poursuit et la fermeture d'églises en prévention de l'épidémie ajoute un poids de souffrance sur les chrétiens persécutés. L’église est un lieu de réconfort et de communion fraternelle dont ils sont privés en raison des restrictions gouvernementales.
 
Priorité à l’entraide
 
Selon le programme alimentaire de l’ONU, le nombre de personnes souffrant de la faim pourrait presque doubler dans le monde. «Nous sommes inquiets quant à la capacité des chrétiens discriminés à trouver suffisamment de nourriture. En ces temps difficiles, les familles et les communautés se regroupent et mettent en commun leurs ressources pour s'entraider. Mais les minorités chrétiennes ou ceux qui sont mis à l’écart par leur famille musulmane ne peuvent pas compter sur cette solidarité», confie Pierre. Portes Ouvertes met donc tout en oeuvre pour aider les partenaires à donner le réconfort nécessaire aux chrétiens persécutés d'Afrique Subsaharienne. Vos prières sont au coeur de cette aide.

 
 

Nouvelles du 13/05/20230

Syrie: au cœur des ténèbres, la vision de l’espérance


Au milieu des tourments en Syrie, des hommes et des femmes retroussent leurs manches et voient grand: et si chaque église pouvait devenir un centre d’espoir pour ce pays?
Vue des locaux de Mourad à travers le trou d’une balle dans la porte d’entrée
Même quand tout semble noir, la Bible nous rappelle que nous sommes plus que vainqueurs dans la difficulté. Serait-ce la détresse, l’angoisse, le dénuement, la faim ou la persécution qui nous séparera de l’amour du Christ? En Syrie, voilà plus de 9 ans que le pays subit une guerre civile. L’une des guerres les plus meurtrières de son histoire. Ce pays affronte maintenant la crise sanitaire et ses conséquences économiques. Malgré ces terribles épreuves, nos partenaires locaux travaillent dur et voient grand pour raviver l’espoir.
Un pays durement éprouvé
La Syrie ne fait peut-être plus la une de l’actualité, mais des combats se poursuivent autour d’Idlib, dans le Nord-Ouest. Hélas, la crise sanitaire et les réalités économiques actuelles sont un véritable coup dur. Mourad (pseudonyme), responsable de notre travail en Syrie, déclare:
«Le niveau de souffrance du peuple est pire. La dévaluation de la monnaie syrienne et la forte inflation rendent la vie quotidienne plus difficile que jamais.»
Aux destructions laissées par la guerre s’est ajoutée la paralysie économique due au Covid-19. Beaucoup d’entreprises ferment et de nombreux quartiers sont méconnaissables. Lorsque les prix des denrées alimentaires augmentent, les gens achètent moins et mangent moins. Ils deviennent plus vulnérables.
Christ est le seul espoir
Au milieu du désespoir, des chrétiens ont le souhait de faire briller l'amour du Christ. Ayoub (pseudonyme) cite l’exemple d’une femme endeuillée par la disparition de son mari : «Le projet avec lequel l'église m'a soutenue est très important, mais ce qui l’est encore plus pour moi, c'est que j’ai trouvé la sécurité à laquelle j'aspirais et une épaule aimante sur laquelle pleurer.»
Pour Elias (pseudonyme), Jésus-Christ est le seul espoir pour les Syriens. Il explique : «Les églises sont un témoignage vivant: elles nourrissent les affamés, lancent des projets générateurs de revenus, restaurent les maisons endommagées et donnent une formation à ceux qui cherchent à grandir dans leur foi.»
Elias, Ayoub et bien d’autres équipiers aident les églises à partager cet espoir autour d'eux. Il reste moins de 800.000 chrétiens en Syrie, regroupés dans 524 églises. Le nombre d’églises partenaires est passé de 106 (fin 2019) à plus de 130 aujourd’hui. Ayoub déclare:
«Nous avons la vision que toutes ces églises deviendront des centres d'espoir: des lieux où les chrétiens peuvent être inspirés, apprendre, mieux s'aimer et partager cette espérance avec leurs communautés.»
Cette vision est une profonde interpellation pour la communauté chrétienne internationale. Elle nous invite à espérer contre toute espérance mais nous questionne également sur ce que nous voyons au coeur des épreuves.



Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le travail extraordinaire de nos équipes partenaires en Syrie
Prions pour que la vision qu’elles portent avec les églises impliquées se réalise
Prions pour de très nombreux Syriens reprennent espoir malgré le contexte actuel

 

Nouvelles du 06/05/2020

 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu pour Boutros et ceux qui vivent pour la première fois le ramadan en tant que chrétiens
  • Prions pour que Dieu leur accorde du discernement lorsqu’ils sont sous la loupe de leurs proches
  • Prions pour que d’autres Saoudiens remettent en cause l’islam et cherchent la vérité sur Dieu
Arabie Saoudite: son premier ramadan en tant que nouveau chrétien
 
 
L’Arabie Saoudite est l’un des pays les plus hermétiques à la foi chrétienne. Des panneaux indiquent clairement l’interdiction pour un non musulman d’entrer dans La Mecque. Mais qui arrêtera la volonté de Dieu?
 
 
L’autoroute qui conduit à La Mecque est interdite aux non-musulmans ©Peter Dowley
 
 
Boutros (pseudonyme) est chrétien depuis peu. Ce Saoudien a rencontré Jésus lors de son dernier pèlerinage à La Mecque. Il dormait dans une chambre avec d’autres pèlerins musulmans quand Jésus lui est apparu en rêve. «Il était très grand, bien plus grand que Mahomet», se souvient-il. Boutros a poursuivi son pèlerinage, mais le cœur n’y était plus. Ensuite, lors d’un voyage à l’étranger, il a lu le Nouveau Testament en secret et a donné son cœur à Jésus.
 
Quand Dieu parle pendant le ramadan
 
Boutros ne pouvait pas courir le risque de rapporter les Écritures avec lui en Arabie Saoudite. Trop dangereux. Alors, il s’enferme à double tour et lit la Bible en ligne dans la plus grande discrétion.
 
Pour ne pas être repéré, Boutros observe le jeûne du ramadan. Mais son cœur est concentré sur la croissance dans la sagesse et la connaissance de son Seigneur et Sauveur: Jésus-Christ. La lecture de textes bibliques sur le jeûne (Esaïe 58:6 par exemple) renforce sa foi. Dès les premiers jours du ramadan, Boutros a senti que Dieu lui parlait très clairement à partir des passages qu’il lisait:
 
«Je réalisais que Dieu me parlait directement. C’était si net que cela en devenait un peu effrayant.»
 
L’envie de parler, l’obligation de se taire
 
Pour Boutros, ce premier ramadan en tant que chrétien est le mois de tous les défis. En public, il doit impérativement respecter les rituels de l’islam, ou du moins faire semblant. Au moindre faux pas, à la moindre parole irréfléchie, son entourage porterait des soupçons sur lui. Il pourrait être dénoncé aux autorités. «Je subirais un interrogatoire et, en me gardant de mentir, ma nouvelle foi serait vite découverte.»
 
Boutros aimerait tant parler de sa foi à ses femmes (il en a trois), à ses parents, à ses enfants… mais il n’ose pas le faire. Son cœur est partagé à cause de son secret. Il soupire:
 
«Ce n’est pas naturel de garder l’amour de Jésus pour moi seul. Je ne peux pas dire à ma famille que je l’ai rencontré. Je suis obligé de me taire. Sinon, c’est la mort!»
 
La foi chrétienne étranglée
 
Située au 13e rang de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens en 2020, l’Arabie Saoudite pratique un islam strict, le wahhabisme. Les Saoudiens n’ont pas le droit de se convertir au christianisme sous peine de mort. Le contrôle des autorités est si étroit qu’il n’y a pas de violence à l’égard des chrétiens: ils n’ont quasiment jamais l’occasion de témoigner! L’islam et la culture musulmane étranglent toute expression de la foi chrétienne. «Je ne sais pas combien de temps je pourrai tenir seul en vivant ainsi une double vie», confie Boutros.
 
Des Saoudiens apprennent à connaître Christ par internet, par la télévision satellite ou par des contacts avec des chrétiens étrangers. Vivre leur foi dans leur pays est un défi dangereux et solitaire, mais trouver la vérité en vaut la peine.
 
La campagne «30 jours de prière pour le monde musulman» nous invite à prier pendant le ramadan. Rendez-vous sur www.30jours.org
 
 

Nouvelles du 29/04/2020

Inde: le don de nos prières

Chrétienne remerciant Dieu pour l’aide alimentaire reçue.

Profondément reconnaissant de l’aide alimentaire qu’il peut distribuer grâce au soutien de Portes Ouvertes, l’un de nos partenaires en Inde nous demande aussi, humblement, le don de nos prières.

En Inde, le pasteur Samuel (pseudonyme) s’est soudainement retrouvé dans la même situation que les disciples de Jésus, entourés d’une foule qu’ils étaient incapables de nourrir.

«Donnez-leur vous-mêmes à manger», leur dit Jésus. Quel défi! Que faire lorsque le téléphone sonne et que les gens affamés demandent de l’aide?
Quand la prière ouvre «des fenêtres»

Le pasteur Samuel n’avait pas de solution clé en main. Mais, comme Jésus l’a fait, il a levé les yeux vers le ciel et a remercié Dieu. L'aide est finalement arrivée par la générosité de toutes celles et ceux qui aident Portes Ouvertes à répondre aux besoins du terrain. Derrière tout cela, l'amour de Dieu a poussé l'Église à la solidarité et Samuel en est bien conscient. Face à ces denrées, arrivées comme tombées du ciel, il prie afin que Dieu continue à Se glorifier dans Sa générosité.

«Nous avons reçu cinq pains et deux poissons, que nous devons confier au Seigneur pour multiplier et nourrir des milliers de personnes.»

Dieu est Celui qui ouvre les portes, et même les fenêtres! Le pasteur raconte: «Dans certains quartiers, la police avait octroyé une fenêtre de deux heures pour acheter et livrer de la nourriture.» Les partenaires de Portes Ouvertes ont pu utiliser ces plages horaires pour agir. La nourriture qui a été distribuée a été une véritable source d'encouragement pour les chrétiens. La famille d'Arun (pseudonyme) composée de 12 personnes était dans une situation de grande vulnérabilité. Il témoigne avec émotion: «Je n’ai plus de travail et nous avons été confrontés à la famine. Mais vous nous avez apporté de la nourriture! Maintenant, nous pouvons survivre un mois».
La prière face aux défis colossaux

Avec le confinement entré en vigueur le 24 mars, des millions de chrétiens sont maintenant sans emploi, sans argent et sans nourriture. Ils vivent dans un pays qui devient de plus en plus hostile à l'Évangile. La persécution, l'épidémie de coronavirus et la famine menacent leur vie. Mais ils gardent espoir car ils savent que d’autres chrétiens prient pour eux à travers le monde. Dieu voit leur combat. La prière est une denrée spirituelle recherchée: elle ouvre une fenêtre dans le ciel!


Sujets de prière

Remercions Dieu pour l’engagement des chrétiens partenaires de Portes Ouvertes en Inde
Prions pour que Dieu les protège et leur accorde les moyens de remplir leur mission
Prions pour que Dieu réponde aux besoins en nourriture de nos frères et soeurs en Inde

 

Nouvelles du 22/04/2020

Iran: il nous écrit de prison
 
 
Sur les traces de l’apôtre Paul qui écrivait depuis sa prison aux Philippiens, aux Colossiens… Nasser Navard, un chrétien iranien, nous adresse une lettre remplie de bienveillance et d’encouragement.
 
 
Nasser Navard, une situation proche de celle de l'apôtre Paul
 
 
Enfermé dans une cellule collective et menacé par le virus, Nasser affirme que nos prières le portent:
 
 
Au nom du Seigneur, à tous les frères et sœurs bien-aimés, comblés par l'amour et la grâce de Dieu,
 
Je vous salue, tout en aspirant à votre compagnie derrière les hauts murs et les barbelés de la prison Evin à Téhéran. Je chéris les souvenirs du passé, avec un cœur plein d'amour, d'attention et de gratitude. Je vous écris ce qui transparaît de mon cœur.
Je chante des cantiques en glorifiant le Seigneur dans mon âme et dans mon cœur. Je suis parmi vous. Ces murs ne m'éloignent pas, même si j’en ressens de la douleur. Vous êtes toujours dans mes prières, unis dans l’amour.
 
Je remercie Dieu pour le soutien dont vous m'avez comblé, pour tous mes problèmes en prison dont vous avez partagé le fardeau, me donnant de la force et m'encourageant continuellement. Quelle chance de vous avoir à mes côtés!
 
Je ne pourrais certainement pas avancer seul. Le Seigneur me porte avec la chaleur de votre amour à travers les difficultés dans cette prison. Le premier message que j'ai entendu était de s'aimer les uns les autres. Que l'amour et l'attention du Seigneur soient avec vous et vous protègent.
 
«Qui donc peut nous séparer de l'amour du Christ? Les troubles, les épreuves ou les persécutions, la famine ou la nudité, le danger ou la mort? » - Romains 8:35
 
Avec tout mon amour et mes soins,
Nasser Navard Gol-Tapeh
 
 
Aux côtés des captifs par la prière
 
Comme pour Youcef Nadarkhani et plusieurs autres chrétiens dont la demande de libération a été refusée, Nasser Navard reste en prison. Il purge une peine de 10 ans pour appartenance à une église de maison. Nasser (58 ans) a connu des problèmes de santé. Sa famille est particulièrement inquiète à son sujet, d’autant plus que la période du ramadan va commencer. Des groupes de défense des droits ont demandé la libération de tous les prisonniers d'opinion, car des infections par le coronavirus et des décès ont été signalés dans plusieurs prisons. Prions pour Nasser et d’autres frères et sœurs détenus en Iran.
 
Des chrétiens retrouvent la liberté
 
Pour éviter que les centres de détention ne deviennent des bombes épidémiologiques à retardement, les autorités ont libéré provisoirement 83 000 détenus en mars, dont une poignée de chrétiens. Parmi eux : Ramiel Bet-Tamraz, Mary (Fatemeh) Mohammadi, Amin Khaki et Rokhsareh (Mahrokh) Ghanbari. Heureuse surprise pour Amin et Rokhsareh, informés par les autorités pénitenciaires début avril: ils ne sont pas tenus de retourner en prison et ils devraient récupérer leur caution versée en garantie, lorsque les tribunaux auront rouvert!
 
Dernière minute: Nous venons d'apprendre que Mary (Fatemeh) Mohammadi, chrétienne engagée de 21 ans, est sous le coup d'une nouvelle condamnation à 3 mois de prison et 10 coups de fouet pour "trouble à l'ordre public".
 
 
Sujets de prière :
 
  • Remercions Dieu pour la libération définitive d’Amin Khaki et de Mahrokh Ghanbar
  • Prions pour que Dieu protège Nasser Navard et Youcef Nadarkhani de tout mal en prison
  • Prions pour que les autorités iraniennes s’abstiennent de prendre Mary Mohammadi pour cible et de s'acharner sur elle

 

 
 
 
 
 
 
 

 


Haut de page