Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Nouvelles du 10/10/2018

Indonésie : plus de 500 familles aidées après la catastrophe


De nombreux chrétiens ont été touchés par le séisme et le tsunami en Indonésie. Nous avons pu leur apporter notre aide, mais ils ont surtout besoin de nos prières.
Cette famille sinistrée à Palu reçoit des biens de première nécessité
Ils ont parcouru 15 heures de route pour atteindre Palu en Indonésie. Deux équipiers de Portes Ouvertes ont pu parler à un groupe de chrétiens sinistrés. Ils nous ont appris que l'aide d'urgence internationale ne leur parvenait pas.
Des tentes, des couvertures et des tapis déjà distribués


Nos équipiers sur place ont déjà pu distribuer des tentes, des couvertures et des tapis à neuf églises dans la région montagneuse de Kulawi, à une cinquantaine de kilomètres de Palu. Chaque église se compose d’environ 50 à 70 familles. À partir de Gorontalo (à 540 km de Palu), 250 colis alimentaires ont été répartis et acheminés dans des voitures. Une solution moins risquée qu’un camion, pour éviter les pillages. Les églises locales s'entraident


Ensemble, ils ont effectué une rapide estimation des besoins de la communauté chrétienne locale. Il a été ensuite décidé de contacter les églises et les chrétiens situés à l’extérieur de Palu et Donggala. Une solution rapide, plutôt que de passer par le gouvernement ou d’autres organisations. Très vite, les églises prêtes à se mobiliser ont collaboré pour aider directement les victimes.
La zone chrétienne écartée des secours d'urgence


Comme cela a été le cas lors du Tsunami de 2004, les chrétiens sont oubliés lors de la distribution de l'aide humanitaire. Un de nos équipiers relate :
«L’un des secteurs les plus dévastés comprend une population chrétienne. Nous avons remarqué que cette zone est restée à l’écart des secours d’urgence.»
Il ajoute : «Les victimes n’ont pas reçu l’aide espérée. Les cadavres n’ont pas encore été retirés des maisons effondrées.»
Un grand réconfort pour les victimes


L'aide spirituelle est aussi importante que l'aide matérielle. Nos équipiers ont besoin d'être soutenus dans la prière alors qu'ils s'investissent totalement pour aider nos frères et soeurs d'Indonésie. Prions aussi pour qu'ils soient remplis de sagesse. Leur présence et le temps passé avec les victimes est déjà un grand réconfort pour les chrétiens sur place.
Le 28 septembre, un tremblement de terre et un tsunami ont frappé Palu et Donggala, deux villes situées sur l'ile des Célèbes en Indonésie. Jusqu'à présent l'aide internationale arrive difficilement et les vols vers Palu restent limités.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la présence des équipiers et des chrétiens auprès des sinistrés
Prionspour que Dieu vienne en aide aux familles qui ont survécu mais qui manquent de tout
Prions pour la guérison des blessés et la consolation des personnes endeuillées

 

Nouvelles du 03/10/2018

Nigéria : Leah Sharibu risque d'être exécutée. Prions !


Le groupe islamique Boko Haram menace de tuer l’adolescente chrétienne Leah Sharibu au Nigéria. L'ultimatum prendra fin dans 2 semaines. Qui d’autre que Dieu pourra empêcher son exécution ? Prions !
Le ton des terroristes est glaçant : «Nous avons contacté le gouvernement, qui nous a ignorés. Alors voici un message de sang. L’infirmière et l’autre sage-femme seront exécutées de la même manière dans un mois, y compris Leah Sharibu.»

Cette vidéo a été publiée par Boko Haram et adressée le 18 septembre au journal nigérian «The Cable». Si le groupe terroriste met sa menace à exécution, la jeune adolescente chrétienne ainsi que les deux femmes pourraient être exécutées le 18 octobre prochain.
La vidéo montre le meurtre d’une sage-femme de 25 ans qui travaillait pour la Croix-Rouge. Elle avait été enlevée avec une infirmière et une autre sage-femme le 1er mars près de la frontière camerounaise.


La captivité plutôt que renier sa foi
Leah (15 ans) faisait partie des 110 filles enlevées dans un collège de Dapchi le 19 février dernier. Toutes ont été libérées le 21 mars, sauf Leah. Pour elle, renier sa foi chrétienne était pire que rester aux mains des terroristes. Dans un message rapidement glissé à une camarade libérée, Leah avait écrit à sa famille : «Je suis confiante qu’un jour je reverrai votre visage. Si ce n’est pas ici, ce sera auprès de notre Seigneur.»
Fin août, dans un enregistrement audio de 35 secondes, Leah demandait de l’aide pour sa famille et pour elle-même. Selon «The Cable», la preuve de vie était une condition préalable à d’éventuelles négociations entre le gouvernement et Boko Haram.
Ses parents implorent nos prières
«Je n’ai connaissance d’aucun plan pour libérer notre fille. Ma famille est très, très triste. Nous ne savons pas quoi faire. Nous sommes peinés par la captivité de Leah», déclarait Nathan, son père, dans une interview accordée à Voice of America le 12 septembre.
Rebecca Sharibu multiplie les appels pour la libération de sa fille :
«Nous sommes très reconnaissants à tous les chrétiens qui prient pour nous, au Nigéria et partout dans le monde.»
Elle ajoute : «Nous supplions les chrétiens qui occupent des postes élevés dans le monde entier d’aider Leah à sortir de sa situation. Nous appelons toute la nation à faire pression sur les autorités et nous demandons aussi l’intervention du président Buhari.»
En réponse aux menaces de Boko Haram, les églises du Nigéria appellent à jeûner et prier jusqu'à demain pour la libération de Leah et des deux autres otages.
Au cours de ses neuf années d’insurrection, le groupe terroriste Boko Haram a causé la mort d’environ 20 000 personnes dans le Nord-Est du Nigéria. Plus de 2 millions d’habitants ont dû fuir les violences. Ils vivent dans des camps de déplacés au Nigéria et au Cameroun. 


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le courage et la foi de Leah Sharibu
Prions pour sa protection et pour sa libération, ainsi que celles des autres otages
Prions Dieu de soutenir la famille Sharibu et d’ouvrir les yeux des ravisseurs de Leah

 

Nouvelles du 26/09/2018

50 bibles confisquées au Vietnam : priez !


Le pasteur Chai a osé distribuer des bibles aux chrétiens de la minorité Hmong au Vietnam. Pour cela, il a dû payer une forte amende. 50 bibles saisies sont toujours aux mains de la police. Prions pour qu'elles tombent entre de bonnes mains.
À gauche : bible en langue Hmong - À droite : le rapport de police
Le pasteur Chai* a été convoqué au poste de police local début septembre. Là, les autorités lui ont «conseillé» de payer dans les 10 jours une amende de cinq millions de dongs (190€). Pour quel motif ? Ce pasteur avait acquis et distribué des bibles en dialecte Hmong sans licence de publication.

50 bibles confisquées
Le 16 août, le pasteur Chai s’était rendu à Hanoï pour se procurer des bibles en langue hmong. Une mission risquée : au Vietnam, les chrétiens des minorités ne sont pas autorisés à imprimer la Bible dans leur propre langue. Le 20 août, la police est entrée dans l’église où se trouvait le pasteur Chai. Les agents ont saisi 50 bibles en sa possession. Contraint de vendre son bétail


Au regard de ses faibles revenus, le pasteur Chai a supplié que l’amende infligée soit revue à la baisse. Et il a obtenu gain de cause ! Finalement, le montant a été fixé à trois millions de dongs (115 €), payés le 14 septembre. Pour réunir cette somme, le pasteur Chai a dû vendre ses vaches et ses porcs. Portes Ouvertes a pu l'aider en lui versant les sommes engagées. Quant aux 50 bibles confisquées, elles sont toujours aux mains des autorités.


Chrétiens Hmong : doublement persécutés
On les appelle aussi «Montagnards». Agriculteurs et éleveurs, les Hmong vivent dans les montagnes qui couvrent le Sud de la Chine et le Nord du Laos et du Vietnam. On compte 790 000 Hmong au Vietnam, et la moitié d’entre eux sont chrétiens. Les autres pratiquent la religion animiste. Selon les villages, cette cohabitation est plus ou moins conflictuelle. De nombreux chrétiens sont persécutés, accusés de ne plus respecter la «culture et les croyances traditionnelles» du peuple Hmong. Ils subissent parfois la violence de la population. Le 1er mars 2018, dans la nuit, 24 chrétiens ont été attaqués et chassés de leur village : ils avaient refusé de renier leur foi.
L'Évangile se répand
Le christianisme a commencé à se répandre parmi les Hmong à la fin des années 80. Beaucoup se sont tournés vers Christ. Ce changement a eu des répercussions sociales, économiques et politiques. Considérés comme des traîtres par les chefs coutumiers, les chrétiens Hmong sont aussi discriminés par le gouvernement. Expropriations, harcèlement administratif et lois restrictives compliquent leurs conditions de vie. Plusieurs milliers d’entre eux ont fui le Vietnam pour chercher refuge dans les pays voisins. Comme le pasteur Chai, d’autres responsables chrétiens exercent leur ministère parmi les Hmong. Ils déploient toute leur énergie pour encourager cette communauté persécutée. Avec le soutien de Portes Ouvertes.

*Pseudonyme 
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour le ministère du pasteur Chai parmi les Hmong
Prions pour sa sécurité et pour qu’il ait le courage de poursuivre son ministère
Prions pour que les 50 bibles confisquées tombent entre de bonnes mains

 

Nouvelles du 19/09/2018

Cinq pasteurs de Zanzibar demandent nos prières


Les touristes sont les bienvenus à Zanzibar. Pour les chrétiens qui y vivent, la situation est bien différente. Cinq pasteurs nous montrent l’envers du décor. Ils ont besoin de nos prières.
Zanzibar : 'île paradisiaque' où les chrétiens sont opprimés
Zanzibar. Le nom évoque tout de suite les tropiques. Plages bordées de cocotiers, parfums d’épices… un lieu idyllique ? Pas pour tous ! L’extrémisme islamique devient de plus en plus oppressant pour les chrétiens. Cinq pasteurs lèvent le voile sur leurs difficultés. Ils font appel à nos prières. Nous utilisons des pseudonymes pour leur sécurité.


Le pasteur A* : très affecté par l'agression de sa fille
Un jour, une foule en colère a menacé de tuer le pasteur A* s’il ne quittait pas la région. Il vient de déménager sa famille pour la troisième fois en deux ans. Sa fille de 4 ans a été violée et l’agresseur n’a pas été inquiété. «Que sera la prochaine attaque ?», se demandent les membres de l’église locale, traumatisés. Très affecté, le pasteur A reste pourtant sur place, avec sa famille et trois anciens.
Le pasteur M* : empêché de construire une église
Le pasteur M* a pu acquérir un terrain en 2007 pour y construire une église. Depuis, ce permis lui est refusé. Une source locale affirme :
«C’est en raison de sa foi ! Il possède tous les documents légaux,
mais la justice fait traîner l’affaire.»
Pendant ce temps, son fils de 10 ans subit une terrible persécution dans le quartier et à l’école. Les enseignants ne font rien.
Le pasteur D* : accusé à tort
Bataille judiciaire aussi pour le pasteur D*, qui a eu l’autorisation de construire une école début 2018 sur un terrain calme, à l’écart. Mais il a été arrêté, faussement accusé de ne pas payer les 19 ouvriers du chantier.L’affaire est toujours en cours.
Le pasteur R* : son église a été détruite
En janvier, un bâtiment d’église a été détruit pour laisser place à la construction d’une université. un responsable affirme:
«C’était un arrangement organisé pour nous éliminer, alors que nous étions propriétaires. Nous n’avons reçu ni terrain ni indemnités en échange !»
Le pasteur Y* : épuisé et ruiné
En 2014, le pasteur Y* a été accusé à tort de viol sur une fillette surprise en train de jeter des pierres sur l’église. Il a gagné le procès. Mais en quittant le tribunal, il a été de nouveau arrêté. Les accusateurs avaient fait appel de la décision. L’affaire a duré quatre ans. Il a été finalement acquitté fin août! Le pasteur est épuisé, sa famille est ruinée.
Pourquoi les chrétiens sont-ils discriminés à Zanzibar ?
Zanzibar a un lien très fort avec l’islam. En effet, l’ «île aux épices» a servi de comptoir aux marchands arabes pendant des siècles. Elle fut même un sultanat de 1890 à 1963. L’influence de l’islam radical complique la situation des chrétiens à Zanzibar, dont la population est à 98 % musulmane. L'île située à l'Est de l'Afrique fait partie de la Tanzanie, qui ne figure plus dans l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens depuis 2013. 

*Pseudonyme
Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la persévérance de ces 5 pasteurs
Prions pour leur protection et pour que Dieu renouvelle leurs forces
Prions pour que l’Église de Zanzibar se tienne aussi aux côtés de ces pasteurs

 

Nouvelles du 12/09/2018

Libye : «Par vos prières, vous combattez pour nous !»


Depuis fin août, les combats ont repris dans la capitale libyenne. La situation est très difficile pour les chrétiens qui y vivent. Ils nous demandent de prier pour eux, pour leurs ennemis et pour la paix.
Église à Tripolil
Dans Tripoli, les armes lourdes frappent à nouveau au hasard. Les Libyens sont pris dans les tirs croisés des différentes milices. Des milliers de personnes ont été déplacées ces dernières semaines à cause des combats. Coupures d’eau, d’électricité, approvisionnement difficile… la situation est tendue. Les chrétiens sont doublement vigilants : pour leur protection physique et pour leur sécurité en raison de leur foi.
«Grâce à vos prières, nous sommes en sécurité»
Originaire d'Afrique Subsaharienne, Désiré* vit en Libye depuis de nombreuses années. «Priez pour la paix en Libye. Priez pour les chrétiens qui ont déjà connu de nombreuses difficultés ces dernières années depuis la chute de Kadhafi en 2011», nous demande-t-il.
Le choix de rester et d’aimer ses ennemis
Ce n’est pas la première fois que la tempête se déchaîne sur Tripoli. Mais Désiré a toujours refusé de partir. «Des familles libyennes se donnent à Christ. Impossible de les abandonner ! Comment pourrais-je encore leur parler avec assurance à mon retour ?», affirme-t-il. Et pourtant, le risque d’être tué est bien réel. Désiré est clair à ce sujet :
«J’ai demandé à Dieu de m’ôter toute peur.»
Il a expérimenté la fidélité de Dieu dans des moments cruciaux. Face aux menaces des miliciens à un point de contrôle, Désiré a reçu des paroles de sagesse et il est passé ! En tant que chrétien africain, il aurait pu être abattu. Mais témoigner l’amour de Christ auprès des «ennemis» produit du fruit. Désiré raconte: «En pleine période de rationnement, nous avons partagé notre nourriture avec des musulmans. Ils ont été très touchés. Voyant cela, plusieurs ont donné leur vie à Jésus !»
Nous ne sommes pas des héros
En Libye, un musulman qui se convertit au christianisme est un homme mort… Désiré compte sur nos prières pour pouvoir continuer à servir Dieu dans ce pays:
«Si nous servons le Seigneur dans ce pays, ce n’est pas que nous sommes des héros. C’est grâce à vos prières.»
*Pseudonyme pour raison de sécurité


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les serviteurs de Dieu qui vivent en Libye
Prions pour leur protection et pour que Dieu leur donne de l’audace
Prions pour que Dieu fortifie les chrétiens libyens

 

Nouvelles du 05/09/2018

Corée du Nord : 70 ans de résistance


Ce 9 septembre 2018 marque les 70 ans de la nation nord-coréenne. L’Église souterraine de Corée du Nord est loin des festivités. Mais sa seule existence montre sa capacité à résister. Depuis 70 ans !
Gigantesque puzzle du «Grand Leader», réalisé par plusieurs milliers de figurants
9 septembre 1948 : Kim Il-Sung proclame la naissance de la République Démocratique Populaire de Corée du Nord, dont il devient le dirigeant. C'est le début de 70 ans d’une impitoyable persécution envers l’Église. Mais les chrétiens s'organisent. Ils entrent en résistance. Ils le sont toujours. Qui l’imaginait?
Une Église entièrement souterraine
La société nord-coréenne est entièrement verrouillée. Personne n’est libre. Quant à l’Église, elle n’a aucun espace. L'État tente de l’anéantir depuis 70 ans. En vain. Bibles cachées, chants appris par coeur, messages transmis par bribes jusque dans les prisons, réunions secrètes... Quatre générations de chrétiens ont traversé la répression du régime. En toute clandestinité, 300 000 chrétiens se tiennent aujourd'hui constamment sur leurs gardes. Au moindre faux pas, c’est le camp de travail, la torture, la mort. Contre toute attente, l'Église a survécu... et elle grandit!
Couleurs de la fête et grisaille du quotidien
Le 9 septembre, les fameuses célébrations de masse (Arirang) vont réunir jusqu’à 100 000 participants dans une chorégraphie colorée et millimétrée au stade de Pyongyang, devant 150 000 spectateurs. Grandiose ! De quoi émerveiller les Nord-Coréens. De quoi leur faire oublier le quotidien. La réalité ? Très peu en parlent. Mais un de nos contacts raconte : «Nous souffrons de la corruption généralisée et des taxes. Le pire, c’est le manque de nourriture, surtout en hiver. Sous alimentés, sans chauffage ni hygiène, les gens tombent malades. Beaucoup meurent.»
Les vivres, preuve de l’amour de Dieu
Face à cette situation, Portes Ouvertes a augmenté son aide et touche 60 000 chrétiens nord-coréens avec de la nourriture, des médicaments et des vêtements. Par sécurité, nos méthodes d’approvisionnement restent secrètes. Les chrétiens Nord-Coréens réalisent à travers cette aide que Dieu prend soin d’eux et qu’ils ne sont pas seuls dans leur bataille spirituelle pour la liberté. «Vous ne connaissez pas la faim, mais Dieu a ouvert votre cœur et vous a ouvert les portes jusqu’à nous. Merci !», dit l’un d’eux.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour l’Église clandestine mais vivante en Corée du Nord
Prions pour que l’Évangile se répande dans le pays
Prions afin que Dieu incline le cœur du dirigeant actuel, Kim Jung-Un

 

Nouvelles du 29/08/2018

Pakistan : une rentrée qui change les vies


Parfois, il arrive que même des adultes fassent leur première rentrée! C’est l’expérience de Patras, au Pakistan. Une expérience qui a changé sa vie.
Patras était illettré. Il est devenu entrepreneur grâce à l’alphabétisation
Cette rentrée-là a transformé la vie de Patras*. À 20 ans, sans éducation, ce jeune chrétien pakistanais pouvait difficilement lire, écrire ou tenir des comptes.
Il n'avait que 10 ans lorsque son père l'a envoyé comme apprenti chez un menuisier au Pakistan. Son employeur s'occupait mal de lui et Patras gagnait peu en échange de son dur labeur. Oui, Patras croyait en Jésus, mais ne lui laissait pas de place dans sa vie. Le samedi soir, il fumait de la drogue pour oublier sa condition et il était trop fatigué pour aller à l'église le dimanche.

Alphabétisation à l’église
Un jour Patras apprend que des cours d'alphabétisation pour adultes sont donnés dans son église. Réticent au départ, il finit par s'inscrire. Tous les soirs après le travail, de 21h30 à 23h30, il a suivi un programme où la lecture et l’écriture étaient complétées par un enseignement spirituel. Au moment où il a obtenu son diplôme en alphabétisation et en calcul, Patras avait aussi accepté Jésus dans sa vie!
«Enseigner à des élèves comme Patras, c’est comme voir la lumière inonder une vallée sombre», a dit son professeur ému.


Au Pakistan, 65 à 70 % des chrétiens sont analphabètes
«Mon employeur m'a immédiatement licencié, disant que j'essayais d'être trop intelligent. Mais les enseignants m'ont aidé à trouver un emploi auprès d'un charpentier chrétien. Il m’a payé suffisamment pour pouvoir acheter mes propres outils et travailler à mon compte. Maintenant, je me sens comme un entrepreneur», se réjouit Patras.


Au Pakistan, 65 à 70 % des chrétiens sont analphabètes. Leurs conditions de vie sont très dures car ils souffrent de discriminations sociales et de persécutions. Au travers d'églises partenaires, le programme d’alphabétisation de Portes Ouvertes vise à atteindre environ 10 000 chrétiens cette année dans ce pays. Objectif : changer leur vie.
*Pseudonyme


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour Patras et pour le programme d’alphabétisation au Pakistan
Prions pour la protection des enseignants
Prions afin que de nombreux chrétiens soient instruits et fortifiés dans leur foi

 

Nouvelles du 22/08/2018

Ukraine : Razzia en plein culte


Depuis la prise de contrôle de l'Ukraine orientale par les insurgés pro-russes en mars 2014, les communautés chrétiennes ont subi des descentes de police dans plusieurs villes comme Krasnodon, Molodohwardijsk et Stachanow et, plus récemment, le 6 août dernier, dans la région de Luhansk.
Image d’illustration : église baptiste de Winnyzja, Ukraine (source : Håkan Henriksson)
L’église pentecôtiste de la ville d'Alchevsk célébrait le culte lorsque des hommes armés ont pénétré dans l'église et forcé les fidèles à s'allonger face contre terre. Selon un témoin oculaire, c’étaient des membres du ministère de la Sécurité de l’État de la république populaire autoproclamée de Louhansk. Les agresseurs ont confisqué un ordinateur et arrêté plusieurs anciens de l'église. Le pasteur et un responsable ont été convoqués au tribunal. Lors de raids précédents, de la littérature religieuse avait été confisquée et des sanctions ordonnées, par exemple des amendes allant jusqu'à 140 euros (représentant le salaire de plus de six semaines de travail), 50 heures de travail d'utilité publique, dix jours de prison.


Le mois dernier, le ministère de la Sécurité de la République de Louhansk a publié sur son site internet un décret interdisant les «activités destructrices de l'organisation religieuse extrémiste de l'Union des chrétiens évangéliques baptistes d'Ukraine». Les chrétiens ont été accusés de s’être soustraits à l’enregistrement obligatoire et de soutenir les troupes ukrainiennes dans la lutte qui secoue la région. Les églises craignent que les autorités appliquent à l’avenir des mesures encore plus drastiques à leur encontre en raison d’une nouvelle loi religieuse. Celle-ci exige un réenregistrement jusqu’à la fin du mois d’août et un nombre minimum de 30 membres adultes établis sur place. La communauté religieuse doit en outre soumettre toute sa littérature religieuse qui pourra ensuite être utilisée exclusivement par le groupe autorisé.

L'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev, qui s'était séparée du Patriarcat de Moscou en 1992, est également touchée par ces mesures ; plusieurs églises ont été fermées par les séparatistes pro-russes.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour la persévérance des chrétiens en Ukraine orientale
Prions pour la protection des communautés chrétiennes afin qu'elles puissent continuer à se rassembler et à s'encourager mutuellement dans la foi
Prions que Dieu fortifie spécialement les pasteurs qui sont sous une grande pression et qu’Il leur donne la sagesse

 

Haut de page