Les nouvelles (Eglises persécutées)

 

http://actionmissionnaire.fr/

L'Église persécutée et pays où les chrétiens sont persécutés. ( en audio)

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Porte ouverte est la source de ces informations

Prions pour nos frères et soeurs persécutés                         

Nouvelles du 16/10/2019


Aujourd’hui, de manière exceptionnelle, nous vous envoyons deux sujets de prière. Nos frères et sœurs de Syrie et d’Algérie demandent notre soutien.

Soutenons les chrétiens du Nord-Est de la Syrie

Ils sont près de 50.000 chrétiens, otages du conflit qui oppose les forces armées kurdes et syriennes à la Turquie. Ils ont besoin de notre soutien, à commencer par la prière.


Maison détruite à Al Qamishli


Les rues d’Al Qamishli, ville syrienne près de la frontière turque, se sont tout à coup vidées lorsque les premières explosions ont retenti dans l’après-midi du 9 octobre. Les missiles sont tombés sans faire de différence entre un militaire et un civil, une position armée ou une simple boutique.

Partir ou rester?

Pour l'instant on estime qu'au moins 90 familles chrétiennes ont fui Qamishli. D'autres sont encore sur place. Un pasteur a rendu visite à une famille chrétienne dont la maison a été atteinte: «Fadi, le père, a été blessé. Sa femme grièvement touchée à la colonne vertébrale risque d’être paralysée si elle n’est pas opérée. Quant aux deux enfants, ils sont terrorisés. La maison et la boutique attenante sont détruites. Vendredi soir, la boulangerie principale a été frappée», dit-il. Les habitants sont désemparés.

Aide d'urgence

Nos partenaires locaux ont déjà commencé à mettre en place une aide humaitaire. Ils soutiennent par tous les moyens les chrétiens qui restent, tout comme ceux qui fuient cette région meurtrie. Nous avons ouvert un fonds d'aide d'urgence pour soutenir leur travail.


Sujets de prière :

Prions pour la protection des familles qui ont fui et pour celles qui restent
Prions pour les partenaires de Portes Ouvertes qui travaillent dans cette situation chaotique


En Algérie, les chrétiens en prière pendant l'évacuation de leur église

L’église du Plein Évangile à Tizi-Ouzou en Algérie a été fermée hier soir. La police a sorti de force les chrétiens présents pour mettre les scellés.

Les policiers n'ont pas hésité à faire preuve de violence pour faire sortir les chrétiens réunis à l'Église du Plein Évangile de Tizi Ouzou hier soir en Algérie. Le pasteur Salah et plusieurs membres ont été battus.

Les autorités semblent déterminées à fermer toutes les églises évangéliques. Les chrétiens algériens ne baissent pas les bras. Ils crient à Dieu et font valoir leurs droits en manifestant. Associons-nous à leurs prières.




Sujets de prière :

Prions pour la sagesse des responsables d’églises dans cette situation difficile
Prions pour que les églises fermées soient réouvertes



 

Nouvelles du 09/10/2019

Irak: la foi qui soulève les montagnes


Octobre 2016: la plaine de Ninive était reprise à Daech. Trois ans après, les chrétiens reconstruisent avec enthousiasme malgré les difficultés, portés par vos prières.
Raeid montre des photos de sa maison à Mossoul
«Nous remercions Dieu. C’est lui qui nous permet de reconstruire nos communautés. L’Église est forte», dit Danyal Al Sabagh, un responsable d’église originaire de Mossoul en Irak. S’il est reconnaissant, il éprouve aussi une certaine fierté envers les chrétiens qui reviennent dans la plaine de Ninive et envers les chrétiens du monde entier qui continuent à prier pour son pays.
De la tragédie à l’unité

Danyal se souvient de la fuite devant les combattants de Daech, en juin 2014. «Il m’était difficile de voir tant de personnes déplacées dispersées dans les rues d’Erbil, dormant dans les églises, les jardins et les écoles. J’ai les ai vues avec leurs sacs pleurer devant moi. Je me sentais impuissant.» Il ajoute:
«Il n’y avait qu’une seule chose que je pouvais donner à ces gens: l’espérance en Dieu.»
Danyal les a aidés à garder la foi et à prier malgré les difficultés. La situation était tragique mais l’unité est née aussi. C’est ce que confirme Shlama (pseudonyme) partenaire de Portes Ouvertes sur place: «La crise a été un signal d’alarme pour l’Église. Les communautés chrétiennes ont commencé à travailler ensemble, et l’unité de l’Église a été renforcée.» L’impact de votre soutien
Shlama souligne que les chrétiens aidant les réfugiés en Irak ont été à leur tour soutenus par l’Église en dehors de l'Irak. Elle rapporte les paroles d’un responsable d’église: «L’Église 'mondiale' a été la main qui tenait nos ailes brisées. Sans votre soutien, nous n’aurions pas pu reprendre notre envol ni garder courage.» Ce courage a été entretenu par des messages reçus de l’étranger, comme par exemple: «Sachez que vous n’êtes pas seuls... Vos frères et sœurs en Christ se souviennent de vous...»


La foi en dépit des difficultés
Malgré les revers, les chrétiens reconstruisent leurs maisons, leurs écoles et leurs églises. Bien sûr, les emplois sont rares et les moyens manquent. Les productions agricoles sont faibles. Les enseignants ne peuvent pas encore offrir aux enfants l’environnement approprié pour apprendre. Les routes ne sont pas sécurisées… Pour certains chrétiens, comme Raeid, le retour est encore loin. Il est trop dangereux de rentrer à Mossoul. Il reste à Erbil. Mais il remercie Dieu en gardant ce qu’il a de plus important: sa foi et sa famille. Au-delà des obstacles persistants, il y a cet enthousiasme, cette volonté à reconstruire. L’espoir demeure. C’est la raison qui a permis aux chrétiens d’Irak de traverser cette épreuve en gardant la foi.
«Il reste des nuages dans notre ciel. Notre vue n’est pas dégagée. Mais avoir la foi signifie que nous croyons en ce que nous ne pouvons pas voir. Alors, par la foi, je vois un bel avenir pour l’Église en Irak», dit Shlama.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour l’Église qui a grandi dans l’unité en gardant l’espoir
Prions pour les familles chrétiennes qui ne peuvent pas encore regagner Mossoul
Prions pour que les chrétiens d’Irak surmontent leurs difficultés : emploi, ressources, éducation, sécurité… et surtout pour qu’ils restent inébranlables dans la foi.

 

Nouvelles du 02/10/2019

Chine: 1949-2019, rien n’a pu empêcher l’Église d’aller de l’avant


La Chine vient de célèbrer le 70e anniversaire de la République populaire. Regards sur l’Église chinoise, qui a traversé 70 ans de communisme avec une croissance constante.
«Rien ne peut ébranler les fondations de notre grande nation. Rien ne peut empêcher la nation et le peuple chinois d’aller de l’avant», a fièrement affirmé le président Xi Jinping lors du coup d’envoi des festivités. Il aurait pu déclarer la même chose à propos de l’Église dans son pays.


Le gouvernement chinois a tenté d’étouffer l’Église pendant des décennies.... sans succès. Selon les périodes, le pendule de la persécution a oscillé entre répression brutale et liberté relative. L’Église a connu les hauts du réveil et les bas de la souffrance, mais elle a grandi à travers le feu de la persécution.
Réunions secrètes sous la Révolution culturelle
«Pendant et après la Révolution culturelle, le christianisme a été dépeint comme une superstition occidentale et les chrétiens comme des contre-révolutionnaires», explique Jiang (pseudonyme), une collaboratrice de Portes Ouvertes. Elle se souvient d’histoires de réunions secrètes dans des grottes, de travaux forcés dans des camps, de prisonniers affamés…


«Deux pasteurs condamnés à 20 ans de prison citaient la Bible chaque jour pour rester en vie dans leur cellule glacée pendant les longs hivers.»
Des grottes à internet
Avec 98 millions de chrétiens, la taille des églises a augmenté au cours de ces dernières années. C’en était trop ! Le contrôle de l’Église est devenu une priorité politique. Bâtiments fermés, caméras de surveillance, mesures restrictives… depuis 2018, les autorités veulent limiter la croissance des églises.


Le résultat, c’est que de plus en plus de chrétiens se réunissent maintenant en petits groupes. Et ils se sont tournés vers internet pour partager leurs ressources. En raison de «La Grande Muraille de Chine» (qui empêche les Chinois d’accéder à de nombreux sites Web étrangers), les échanges se font en chinois sur des plateformes Web nationales. L’impact est considérable. «Aujourd'hui, 70% de la population vit dans les villes. Les jeunes sont beaucoup plus instruits et connaissent mieux l'informatique», dit Cheng, un équipier expérimenté, qui ajoute:


«L'Évangile est partagé aussi bien numériquement que par des relations personnelles... et le nombre de chrétiens continue d'augmenter.»
Autre changement dû au développement économique du pays: autrefois, les chrétiens étaient passionnés pour l'évangélisation, même pendant les jours les plus sombres de la Révolution culturelle. Aujourd'hui, la croissance de l'Église et la maturité personnelle sont constamment attaquées par le matérialisme, lié à la nouvelle économie de marché.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour l’Église qui a grandi au cours de ces 70 dernières années
Prions pour que Dieu donne aux chrétiens le courage de tenir ferme sous toutes formes de pression
Prions pour les partenaires de Portes Ouvertes qui travaillent à renforcer et à équiper l’Église en Chine

 

Nouvelles du 25/0/2019

Turquie: les missionnaires étrangers indésirables


Depuis le début de l’année, 23 étrangers titulaires d’un visa de résidence n’ont pas été autorisés à revenir en Turquie. D’autres ont reçu une ordonnance d’expulsion. Leur point commun? Ils sont tous chrétiens.
Hans-Jurgen, interdit de séjourner en Turquie
C’est la surprise totale. Au cours des 8 derniers mois, plus de 23 étrangers qui se trouvaient provisoirement hors de Turquie ont vécu la même mésaventure. Leur tentative de retour a échoué. Problème de visa? Tous sont titulaires d’un visa de résidence turc en cours de validité. Question de date? Ils ne voyageaient pas ensemble. Problème de nationalité? Ils sont citoyens du Brésil, du Canada, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, de l'Iran, de l'Allemagne, de la Corée du Sud et de la Finlande.


Des familles divisées
Dans la plupart des cas, seuls les époux ont été interdits de séjourner à nouveau en Turquie. Pourquoi ce refus, étant donné que leur famille restée en Turquie les y attendait? Une situation incompréhensible. Les femmes et les enfants n’ont pas eu le choix. Il leur a fallu régler les affaires courantes, puis faire leurs bagages et partir avant l’expiration de leur propre visa.
Un choc aussi pour Hans-Jurgen Louven (58 ans), un chrétien allemand qui réside depuis plus de 20 ans à Mugla, au bord de la mer Égée, où il travaille dans le tourisme. Le renouvellement de son titre de séjour a été refusé. Le 21 août, il a reçu l’ordre de quitter la Turquie dans les 10 jours. Sa fille Hanna commence sa quatrième année d’études à l’université de Mugla. Hans-Jurgen ne comprend pas cette décision:


«Comment les autorités turques peuvent-elles exiger que j’abandonne ma fille? Quel père turc ferait cela?»
Le mystérieux code N-82
Le 12 septembre, lors de son départ de l’aéroport d’Istanbul, Hans-Jurgen a vu les fonctionnaires griffonner le code N-82 sur sa carte d’embarquement. Curieusement, les 23 autres chrétiens étrangers titulaires d'un visa de résidence turc valide se sont vu attribuer le même code N-82 dans divers aéroports lors de leur départ ou de leur tentative de retour en Turquie. Les autorités ont refusé d’expliquer la signification de ce code. Menace pour la sécurité nationale ou l’ordre public du pays?
Les chrétiens concernés travaillaient depuis plusieurs années comme responsables d’églises protestantes à Ankara, Istanbul, Izmir ou Antalya. Ils exerçaient ouvertement des activités légales liées à leur ministère chrétien. Pour Hans-Jurgen:
«La seule raison pour nous forcer à partir est que nous sommes des gens de foi. Et il nous est arrivé de partager notre foi avec la population locale.»


Ce résident allemand organisait des voyages sur le thème «culture et tourisme religieux» sur les sites historiques d’Éphèse et de Laodicée. Comme lui, plusieurs chrétiens ont réussi à ouvrir des enquêtes juridiques sur leur situation par l’intermédiaire de leurs ambassades et d’avocats turcs.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour ces chrétiens étrangers qui servent Dieu en Turquie
Prions pour que leur situation se clarifie et que chaque famille soit à nouveau réunie
Prions pour que l’attitude des autorités turques change et que les chrétiens ne soient pas perçus comme des ennemis de la nation

 

Nouvelles du 18/09/2019

Asie Centrale: puni par sa propre famille


«Tu as accepté le Dieu étranger!» Le baptême de Khan a déclenché la fureur de sa famille. Elle lui a fait payer le prix fort.
Tous les animaux de Khan ont été tués
Khan vit ce que Jésus partageait à ses disciples: «Je suis venu mettre la division… et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison.» (Matthieu 10: 35) Khan et Alesya ont vu leurs biens détruits, et leurs ennemis font partie de leur famille!
Khan (pseudonyme) a été baptisé il y a tout juste deux semaines. Son enthousiasme était tel qu’il a voulu partager sa joie avec son fils Sukhob (pseudonyme). Le garçon de 13 ans a vivement réagi:


«Tu as trahi ta foi d’origine! Tu as accepté le Dieu étranger!
Tu n’es plus mon père!»
Le lendemain, 12 septembre, l'adolescent a rassemblé oncles, tantes, cousins et s’est plaint de son père devant la famille réunie. «Mon père a trahi l’islam et a essayé de me forcer à suivre Christ», a soutenu Sukhob.


Les coups violents ont commencé à pleuvoir
Furieux, le groupe familial est arrivé le soir même chez Khan. Les coups violents ont commencé à pleuvoir. Khan avait osé accepter Jésus, se faire baptiser et parler de sa foi à son fils. La colère des membres de sa famille n’avait plus de limites: moutons, poulets, canards, lapins et chiens, tous les animaux de Khan ont été tués. Sa grange a été incendiée. Quant à son épouse Aselya (pseudonyme), elle a été expulsée de la maison, car selon eux:


«Elle est coupable, car elle a été la première chrétienne de la famille!»
Ils ont ensuite ordonné au couple de quitter l’endroit. Aux dernières nouvelles, Khan est toujours à l’hôpital. Il souffre de multiples fractures et d’une commotion cérébrale.
La décision de suivre Jésus est ressentie comme une honte
Khan n’était pas encore chrétien lorsqu’il a épousé Aselya. Elle a prié pour son mari et il a accepté Jésus. Cette persécution extrême touche leur vie physique, émotionnelle et économique. C’est dire combien, pour les chrétiens d’arrière-plan musulman, la décision de suivre Jésus est ressentie comme une honte par les autres membres de leur famille.


Sujets de prière :

Remercions Dieu pour les prières d’Aselya et la conversion de Khan
Prions pour le rétablissement de Khan, pour l’état émotionnel d’Aselya et pour la situation financière du couple
Prions aussi pour le salut de leur fils Sukhob ainsi que des autres membres de la famille

 

 
 

Haut de page